COMMENT AUGMENTER SON MÉTABOLISME DE BASE ?

       Quand il s’agit de perdre du poids, perdre du gras, modeler son corps de quelconque façon, le métabolisme ne peut être ignoré. Le métabolisme de base, c’est la quantité d’énergie dont le corps a besoin pour fonctionner, au repos, quand on ne fait rien. Le travail des organes dépend de lui. Cette énergie représente 70% des calories brûlées par le corps quotidiennement, au repos. Dites-vous qu’une simple action comme parler, demande de l’énergie à notre corps (être une pipelette peut enfin nous être utile). 

Chaque personne a un métabolisme qui lui est propre, et qui dépend bien évidemment de sa génétique, mais aussi du climat dans lequel un individu évolue, de son état physiologie (émotions, grossesses etc). Ce qui explique que certains éliminent plus vite, alors que d’autres stockent plus facilement. Les hommes par exemple, dépensent plus d’énergie au repos grâce à leur musculature naturellement plus importante (à la base). Il est définit génétiquement, mais cela ne veut pas dire que nous ne pouvons l’influencer. Zoom sur ces astuces principales qui vont augmenter son métabolisme de base, et vous permettre de brûler du gras en ne foutant rien ! (avouons que c'est quand même appréciable).

La vidéo est en fin d'article.

augmenter son métabolisme

SE MUSCLER

 Le premier conseil et pas des moindres, c’est bien évidemment d’augmenter sa masse musculaire. C’est le point le plus important. Dans l’introduction je vous parlais de l’énergie nécessaire au corps pour faire fonctionner les organes. Eh bien, les muscles aussi demandent de l’énergie pour fonctionner. Ainsi, au plus vous êtes musclés, au plus votre corps va utiliser de l’énergie. Par conséquent au plus vous êtes sédentaires, au moins votre métabolisme de base est actif.

De plus, une sollicitation des muscles provoque des micro-déchirures. Pour se reconstruire, ils ont encore une fois besoin d’énergie, et donc de calories.

Donc, ne négligez pas le renforcement musculaire, parce que sans muscle, le métabolisme n’est pas très rapide.

MANGER RÉGULIÈREMENT

 Alors non, ça ne veut pas dire que l’on se bâfre toute la journée, ni qu’on met une horloge toutes les 3h pour manger. Mais assurez-vous de manger au moins quatre repas par jour (incluez une ou deux collations). En augmentant la fréquence des repas, les calories ingérées sur la journée sont équitablement réparties, ce qui permet une plus grande thermogenèse, avouez-vous n’êtes pas habitués à ce que je sorte des mots scientifiques. La thermogenèse est la production de chaleur par l’organisme, qui lui demande une dépense d’énergie conséquente.

Explication : au moins vous lui donnez de carburant, au plus le corps fait des économies. Si les pauses entre les repas sont trop longues, le  métabolisme a tendance à ralentir, puisqu’il n’a plus rien à digérer. En fait, pour que le métabolisme soit performant, il faut sans cesse le stimuler.

MANGER SUFFISAMMENT

 On a souvent dis que les régimes n’étaient clairement pas l’idée du siècle. Parce que manger trop peu de calories ralenti de manière conséquente le métabolisme. En effet, si vous ne mangez pas suffisamment pour votre organisme, la digestion lui demandera que peu d’efforts. De plus, si vous ne lui donnez pas toute l’énergie dont il a besoin, le métabolisme va s’adapter et il va stocker tout ce que vous allez lui apporter : on en revient à la famine, qui est une conséquence du ralentissement du métabolisme, qui peut faire prendre du poids. Et enfin, la production de leptine (hormone de satiété) est ralentie lorsque le corps n’est pas assez nourri.

Par conséquent, on évite au maximum de sauter les repas, ainsi que les régimes.

CHOISIR SES ALIMENTS

 Naturellement si vous mangez au fastfood tous les jours, votre métabolisme ne va pas être très performant. Les aliments que l’on dit « de qualité », que l’on consomme quand on mange sain et équilibré, boostent le métabolisme. C’est le cas des glucides complexes et des protéines. Ils sont plus difficiles à digérer, ainsi, le corps doit dépenser une bonne quantité d’énergie pour pouvoir les dégrader. Ce n’est pas le cas des lipides, qui sont rapides à digérer et stockées presque tels quels. Ils sont cependant essentiels au corps non il ne faut pas supprimer, juste bien les choisir.

DORMIR

 La plupart des hormones sont sécrétées la nuit, comme celles de la faim et de la satiété dont on a déjà parlé en vidéo dans les 10 erreurs que l’on fait quand on veut perdre du poids. Par conséquent, toutes les hormones liées à l’appétit, à la glycémie etc vont avoir un impact direct sur le fonctionnement du métabolisme au cours de la journée puisque l'horloge interne va être déréglée. Par exemple, on a l’hormone de croissance, qui fonctionne aussi chez l’adulte : elle est sécrétée pendant le sommeil et régule le taux de masse grasse de l’organisme.

Ce qu’il faut retenir, c'est que lorsque l’on dort peu, le métabolisme s’économise encore une fois et se met en état de veille. Alors que pour brûler du gras et des calories, il faut qu’il soit actif.

LE FAMEUX REPAS JOKER

 Alors ça, c’est surtout si vous tenez une diète dans laquelle vous avez baissé votre apport calorique. Même si clairement on le fait tous, baisse de calories ou non. Afin de contrer le ralentissement du métabolisme dû à un apport en calorie trop faible pour l’organisme, comme on l’a vu auparavant, on peut faire un repas plaisir de temps en temps. Le fait d’apporter d’un coup un fort apport calorique à l’organisme va lui éviter de se mettre en famine, et ainsi de ralentir le métabolisme. Le cheat meal relance la machine et permet de ne pas stagner dans sa perte de gras.

MISER SUR L'INTERVAL TRAINING

 Le fait de faire du hiit va avoir un effet after-burn : on continue de brûler des calories après la séance. C’est, certes, lié au phénomène de reconstruction des tissus musculaires, mais aussi au fait que le hiit est très intense pour le corps. En fait, au plus l’effort est intense, au plus l’after burn est long. Ce qui se passe, c’est que lors d’un hiit on travaille en anaérobie lactique : c’est-à-dire que l’effort est trop intense et que le muscle manque d’oxygène. Cette dette d’oxygène, dette d’énergie, est compensée dans la période de retour au calme, en tapant dans les réserves : l’after burn, jusqu’à 48h après la séance.

BOIRE BEAUCOUP

 Encore ?? Ce conseil est dans tous les articles, toutes les vidéos ! Oui mais voyez-vous, c'est la base ! Hormis le fait que s’hydrater est une question survie, ça booste aussi le métabolisme. Des études penchent pour une augmentation du métabolisme entre 20 et 40%. Mais ce qui certain, c’est que boire tout au long de la journée régule la faim, élimine les déchets, et fait fonctionner tout le système. Par un effet domino, s'hydrater augmente ainsi le métabolisme.

CONCLUSION

 Vous l'aurez compris, il n'y a rien de miraculeux pour augmenter son métabolisme, et brûler du gras en lézardant. Il faut fournir des efforts, mais vous verrez, c'est dur seulement au début. Ces astuces ont fonctionné pour moi. Mon métabolisme était devenu capricieux à la fin de l'adolescence, je stockais un sushi rien qu'en le regardant ! Maintenant, ça va bien mieux. J'espère que vous trouverez ces conseils utiles.

Je vous embrasse les filles, Julie.

Suivre:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *